Premier rapport gay à ténérife – histoire porno

J’étais sur un banc sur la promenade de Playa Las Americas avec mon café et le dernier journal en anglais. Vue sur la plage et l’Atlantique bleu clair. Profiter du chaud soleil du matin. Des vacances à Ténérife étaient exactement ce dont j’avais besoin. A une semaine d’une semaine d’un mois stressant au travail. Nous voulions que ma femme soit là, mais à la dernière minute, elle a dû annuler à cause de son travail. Mais elle m’a dit que je devais y aller seul, de toute façon. Sachant à quel point j’avais besoin d’une pause.

Pendant que j’étais assis là, je regardais les gens. Les vacanciers marchaient de haut en bas devant moi dans un flux continu. Des familles, des groupes de jeunes gens, des groupes de jeunes filles. Le temps chaud, même si tôt dans la journée, fait que les vêtements sont très maigres.

Je m’imaginais de temps en temps me faire prendre par ma femme avec son gode ceinture incroyable. Non je ne suis pas gay mais j’adore quand ma chérie me défonce le cul, qu’elle me masse la prostate, qu’elle me dilate la rondelle, qu’elle abuse de tout mon être simplement par ce petit orifice.

Et pourtant…

Les filles en maillot de bain minuscules attiraient mon attention. que j’avais sur mes lunettes de soleil pour me déguiser là où je regardais. Puis une chose étrange s’est produite. Un jeune homme d’une vingtaine d’années est passé devant moi. Il portait un maillot de bain et rien d’autre. Je porte juste un sac et un verre.
Son corps mince et lisse m’a en quelque sorte distrait. J’ai tourné la tête pendant qu’il passait et je l’ai regardé. De l’arrière, j’ai regardé ses fesses quand il est parti. Il a bougé comme celui d’une fille et je me suis retrouvé à le fixer. Il a tourné la tête et m’a regardé. Il n’y avait personne près de lui. C’était évident que je ne regardais que lui. Il m’avait surpris en train de le regarder.
Il sourit en souriant, se retourna et continua son chemin. Wow, c’était quoi tout ça ? Je me suis dit. Je ne suis pas gay. Les mecs ne m’excitent pas.
Mais j’ai réalisé que j’avais été excité par cette jeunesse. Sa peau lisse, bronzée et bronzée et son cul féminin dans ces slips serrés avaient eu un effet.
Trop d’effet, en fait. J’avais une érection. Oh mon Dieu ! J’avais eu une érection en regardant un garçon ! Qu’est-ce qui se passait ? Mais il se passait quelque chose. J’étais excité comme un fou.
Je voulais retourner à mon hôtel mais je ne pouvais pas me lever parce que ma bite dure me faisait une grande tente dans mon short. Je pourrais le cacher derrière mon journal, je suppose, mais ce serait si évident. J’ai décidé de rester tranquille un moment et de le laisser s’apaiser. J’ai ouvert mon journal et j’ai commencé à rattraper mon retard sur les sports.
Ma tête était enfouie dans le journal et je n’ai pas remarqué immédiatement qu’il s’approchait. Seulement quand une ombre m’a couvert, j’ai levé les yeux et il était là ! Le même jeune homme qui avait eu un effet si curieux sur moi il y a peu de temps.
« Bonjour » dit-il. « Je peux me joindre à vous » ?
J’ai baissé mon journal. Il se tenait là, devant moi. La première chose que j’ai vue, c’est le gonflement de son pénis enveloppé dans son minuscule maillot de bain. Il a fallu un effort pour admirer son visage.
« Euh, salut. Oui, je suppose. » Je bégayais.
Il s’est assis à côté de moi. Presque. J’ai senti sa jambe toucher la mienne.
« Je t’ai attrapé », il a dit.
« Pris en flagrant délit ? »
« Oui, tu regardais mon cul »
« Non, non, pas moi », je l’ai nié, mais je sentais le sang couler sur mon visage.
« C’est pas grave. Je sais que tu l’étais. Je crois que ça t’a plu. »
« Je ne l’étais pas. Honnêtement. »
« Ne sois pas timide. Tu peux l’admettre. »
J’étais silencieux.
Alors : « Non, vous vous trompez », lui ai-je dit, fermement.
D’accord, si vous le dites, dit-il, même si son ton de voix disait  » vous mentez et nous le savons tous les deux « .
Il a continué son chemin. Je me suis assis quelques minutes de plus et je suis retourné dans ma chambre.
Mon hôtel a été conçu de telle sorte que chaque chambre avait un balcon donnant sur l’océan et chacune était privée.
J’ai apprécié l’occasion de me déshabiller et de m’allonger nue au soleil. Il n’y a pas de sentiment comme ça.
Tandis que j’étais allongé là, mes pensées se tournèrent vers le jeune homme séduisant que j’avais rencontré et je sentis ma bite s’agiter.
Ma main a glissé le long de mon corps et j’ai commencé à me caresser paresseusement. La crème solaire que j’avais répandue généreusement m’a facilité la tâche de faire courir ma main de haut en bas sur ma tige raidisseuse et bientôt je me masturbais. Mon poing s’est agrippé à mon manche dur et a glissé de haut en bas de sa longueur en relâchant mes inhibitions et en me permettant de penser au garçon.
C’était mon fantasme, pas besoin d’avoir honte pendant que je me branlais. Il s’est branlé en pensant à….
Dans ma tête, j’ai pensé à son cul dans ces maillots de bain. Il se rappelait comment ses joues bougeaient quand il s’éloignait de moi.
J’ai pensé au renflement que j’avais vu quand il se tenait devant moi.

J’ai fantasmé sur ce qui aurait pu se passer si je lui avais avoué que j’avais regardé son cul gay, ses hanches et son corps en me croisant.
L’image de son cul dans mon esprit.
Imaginez ce que ça fait de le toucher. Pour passer la paume de ma main sur la courbe de son doux derrière.
Je me caresse. Oh mon Dieu, j’ai été si dur.
Je me demandais à quoi ressemblait sa bite.
Je me caresse. De haut en bas. Plus fort. Plus vite. Le garçon dans mon esprit.
Il ne s’est passé qu’une minute ou deux avant que je vienne. Aussi fort que je me souvienne d’avoir cumulé depuis l’adolescence.
Le sperme est sorti et m’a remonté la poitrine. La plus grande partie s’est glissée de mon corps huilé sur la serviette qui était sous moi. Une petite mare s’est formée dans le creux de mon sternum.
Sur un coup de tête, j’y ai mis mes doigts et je l’ai porté à ma bouche.
Encore ces nouveaux trucs ! Je n’avais jamais été avec un homme de ma vie et je n’y avais jamais pensé. Pourtant, j’étais là, à avoir un orgasme en pensant à un homme et maintenant je goûtais mon sperme pour la première fois.
J’ai aspiré le bout de mes doigts, puis je les ai enfoncés profondément dans ma bouche. Autre chose de nouveau.
Et, allongé là, les deux doigts dans la bouche, j’ai pensé à sucer la bite de ce garçon.

Cette nuit-là, je me masturbais encore avec les mêmes fantasmes. Cela devenait soudainement une obsession et je regrettais mes dénégations à l’enfant ce matin-là. J’ai décidé de ne plus le faire. Et je me suis endormi en espérant que le jeune homme se promenait régulièrement le long de la promenade tous les matins, car j’allais certainement être là demain, au cas où il passerait par là.

J’y suis retourné tôt le lendemain. Désireux. Sur le même banc, même café, même papier. Faire semblant de lire derrière mes lunettes de soleil, mais en gardant vraiment un oeil attentif sur le jeune Adonis qui m’avait approché le matin précédent.
J’avais décidé de l’emmener dans ma chambre s’il s’arrêtait à nouveau. J’avais choisi de ne pas porter de caleçon sous mon short aujourd’hui ; cela ajoutait au frisson que je ressentais.
Et puis….. il était là. Toujours dans ces minuscules speedos, errant le long du trottoir de bois. Un sac de plage suspendu à son épaule.
Il balançait ses hanches en marchant. Même de face, je pouvais voir le mouvement sensuel de ses hanches et je me rappelais l’attrait de son petit derrière serré.
Il a tourné la tête vers moi et m’a fait un petit sourire ironique.
J’ai levé mes lunettes de soleil sur mon front et je l’ai regardé. Aujourd’hui, je n’allais pas prétendre à un manque d’intérêt. En fait, aujourd’hui, je voulais qu’il sache que j’étais très intéressé.
Il a changé de cap et a ralenti jusqu’à s’arrêter, se tenant à côté de l’endroit où j’étais assis.
Nous avons tous les deux fait face à la mer. Son joli cul à peine recouvert du tissu soyeux de son maillot de bain était à un pied de mon visage.
« Alors, M. « Je ne regardais pas », comment allez-vous aujourd’hui ? »
« Très bien, merci. »
« Aujourd’hui, tu me regardes. »
« Oui, et je l’étais hier. Je suis désolé de l’avoir nié. C’était impoli. »
« Grossier de regarder les garçons de la moitié de ton âge, ou grossier de le nier ? »
Hmmmm quoi ? Quelle était la bonne réponse ?
« Les deux, je suppose. »
« Je te pardonnerai peut-être deux fois. »
« Quel est votre nom ? »
« Luke, quel est le tien ? »
« Michael », je lui ai dit.
« Bonjour Michael, enchanté de vous rencontrer. »
« Enchanté de te rencontrer aussi, Luke. Je suis content de te voir aujourd’hui. »
« Je pense que je peux te rendre plus heureux, Michael » murmura-t-il. Toujours à me regarder ailleurs. Toujours en train de me taquiner avec la proximité de son corps jeune.
« Voulez-vous vous asseoir ? » J’ai demandé. J’étais intensément consciente de son derrière sexy si près de moi et j’avais envie soit de pencher mon visage vers elle, soit de lever la main et de commencer à le caresser.
Il s’est retourné et m’a regardé.
« Non, je pense que tu dois m’offrir le petit-déjeuner. »
« Où ? » J’ai demandé.
« Service d’étage » répondit-il « quel est votre hôtel ? »
Je lui ai dit le nom. C’était à un demi-mille au sud.
« Allez ! » m’a-t-il dit et il est parti dans cette direction.
J’étais prêt à suivre. J’ai réalisé que j’avais une autre érection. J’ai baissé ma chemise du mieux que j’ai pu et j’ai essayé de la cacher, mais c’était trop évident.
Il s’est retourné et a vu ma situation. Il a ri, puis il a continué plus vite.
J’ai dû me dépêcher de suivre le rythme, ce qui m’a empêché de cacher le renflement dans mon caleçon.
Le rythme de marche rapide a fait rebondir ma bite de haut en bas à l’intérieur du short ample, frottant contre le matériel et me rendant encore plus excité.
Les passants remarquaient….. un homme plus âgé poursuivant un jeune garçon-femme avec une érection.
Mais c’étaient tous des étrangers pour moi, j’ai décidé. J’ai cessé de m’en soucier et j’ai rattrapé mon nouvel ami.

J’ai tendu la main sur son avant-bras.
Il a vérifié son rythme. On a marché ensemble.
Les gens qui venaient vers nous pouvaient encore voir clairement que j’étais sexuellement excité. J’ai vu beaucoup de gens, jeunes, vieux, hommes et femmes, regarder la bosse dans mon short, regarder ce couple mal assorti et j’ai vu plusieurs réactions différentes.
Il y a eu un choc sur de nombreux visages alors qu’ils sautaient à la bonne conclusion.
J’ai vu deux hommes me regarder avec envie. On a croisé un type de l’âge de Luke, assis sur un mur. Je l’ai vu nous regarder et il a bougé sa main et a rapidement attrapé son paquet, se donnant une pression. Je l’entendis « tut tut tut » tranquillement, mordant le sourire sur son visage était un sourire d’approbation.
Un autre homme marchait avec sa famille. Sa femme était inconsciente alors que son mari fixait mon amie, regardait mon short grumeleux, regardait en arrière le corps lisse et bronzé de Luke et finalement dans mes yeux. Les coins de sa bouche montèrent d’un sourire presque imperceptible, ses sourcils se levèrent et s’abaissèrent en un clin d’œil et il hocha la tête si légèrement que nous passions. Il le savait. Il était probablement dans le coup. Un homme marié, avec des fantasmes homosexuels. Comme moi.
Je devrais avoir honte…… En fait, ça m’a rendu plus excité.

Nous nous sommes dirigés vers le terrain de l’hôtel, en passant devant la piscine et à travers le hall d’entrée jusqu’aux ascenseurs. La plupart des gens descendaient de leur chambre et nous avions une voiture pour nous. J’ai frappé 6 et les portes se sont fermées. Je voulais le toucher. Je voulais sentir sa peau lisse sous mes mains. Mais je ne voulais pas qu’on me voie sur les caméras de sécurité, agressant un garçon de la moitié de mon âge, alors nous nous sommes tenus en silence. Il s’est rapproché de moi. Il m’a fallu toute ma volonté pour garder mes mains pour moi. Nous sommes arrivés à mon étage et je n’ai pas pu résister. J’ai posé ma main sur son joli cul et je l’ai dirigé vers la droite, vers ma chambre.
La femme de chambre y était déjà allée, donc l’endroit était bien rangé. Mais j’ai quand même accroché le panneau « Ne pas déranger » et j’ai fermé la porte.
Luke a laissé tomber son sac de plage, s’est tourné vers moi et m’a demandé « qu’est-ce que tu veux faire ? »
« Tu veux un petit-déjeuner ? »
« Non, c’était juste une blague. Je veux autre chose. »
Je bégayais….. maintenant je devais lui avouer quelque chose….
« I…. Je n’ai jamais rien fait de tel auparavant. »
« Je sais, Michael. Je sais, je sais. Mais tu veux le faire, n’est-ce pas ? »
C’est ce que j’ai fait. J’en avais envie.
« Oui ». Ma voix était silencieuse.
« Dois-je vous dire ce que je pense que vous voulez ? »
« Oui, Luke »
« Je crois que tu veux me sucer la bite. »
Sa main est tombée à l’intérieur du devant de son maillot de bain et il a commencé à se frotter. J’ai regardé ses jointures à travers le tissu.
« Tu peux te toucher, si tu veux » m’a-t-il dit. J’ai bougé ma main vers l’avant de mon short et frotté ma bite dure.
En me touchant, j’ai remarqué que le précum avait fait un endroit mouillé. Était-ce là lorsque nous sommes passés devant tous ces gens ? Oh non ! Comme c’est embarrassant !
Mais maintenant ça n’avait plus d’importance. Je me suis frotté en regardant Luke jouer avec sa bite et ses couilles.
« Et je pense que tu pourrais aimer me baiser, Michael » dit Luke, et se retourna.
Il s’est penché à la taille et, avec une main sur chaque hanche, il a commencé à glisser lentement hors de son speedos.
Le haut de la fissure de son cul est apparu. Il m’a regardé derrière lui et a souri.
« Tu aimes mon cul, Michael ? »
« Oui….. oui, je le veux »
J’étais envoûté. Même si j’avais voulu, je n’aurais pas pu quitter ses fesses des yeux quand il me l’a révélé lentement.
« Je sais que c’est sexy. Je savais que tu me regardais hier. »
« Je l’étais. Je l’étais. C’est tellement sexy. Je n’ai jamais regardé un garçon avant toi. »
« Je sais, je sais. Je sais, je sais. Mais c’est pas grave. Aimez juste me regarder maintenant. Ne te sens pas coupable. »
J’ai été si dur. Ma bite ressemblait à du fer et j’en ai tracé le contour avec mes doigts à travers la matière de mon short.
Le tachymetre est descendu sur le haut de ses cuisses et il s’est redressé.
Je l’ai regardé fléchir les muscles de son cul, d’abord une joue, puis l’autre joue, la faisant danser pour moi.
Sa main est retournée vers l’avant et je l’ai regardé de derrière pendant qu’il caressait sa queue.
J’ai tendu la main et j’ai tiré son maillot de bain jusqu’aux chevilles. Il est sorti d’eux et a écarté les jambes.
« Tu peux me toucher si tu veux »
Je me suis mis à genoux derrière lui. Mon nez était à quelques centimètres de ses fesses nues. En commençant par ses mollets, j’ai déplacé mes mains progressivement vers le haut. Sa peau était aussi lisse qu’elle en avait l’air. Les petits cheveux qu’il avait sur les jambes étaient fins et doux.
J’ai déplacé mes mains vers l’avant de ses cuisses et je l’ai tiré vers moi. A genoux, en l’embrassant par derrière. Placer ma joue contre son cul. Sentant la peau de son corps sur mon visage.

« Oui, Michael. C’est vrai, c’est vrai. J’aime mon corps. Tu sais que tu me veux. Tu veux me sucer. Tu veux me baiser. »
Il m’a tendu la main de sa cuisse et l’a soulevée pour que je puisse toucher son pénis dur.
Il était en érection et je sentais qu’il n’y avait aucun poil nulle part. Mais c’était lisse. Ce jeune homme s’était épilé.
Sa bite se sentait merveilleusement bien dans ma main et je l’ai caressé par derrière, toujours à genoux.
Son beau cul était là et je ne pouvais pas m’en empêcher…. J’ai léché les fesses de son cul partout pendant que je caressais sa bite dure par derrière.
Mais, je voulais le voir. Son pénis. Je voulais me regarder le caresser.
De l’autre main, j’ai appuyé doucement sur sa jambe… lui demandant sans mot de se retourner.
Il se tourna vers la direction de la main sur sa bite et je vis ma main sur la bite d’un autre homme pour la première fois.
« Tu aimes faire ça, n’est-ce pas Michael ? »
« Oui Luke. Je ne le savais pas. Je ne savais pas que ce serait si bon de toucher une bite dure. »
Il bougeait doucement ses hanches au rythme de ma main.
« Tu veux le mettre dans ta bouche, Michael ? »
Mes mains sont montées sur son cul et je l’ai tiré vers moi. J’ai ouvert la bouche et je l’ai emmené à l’intérieur.
Sa bite était super dans ma bouche. Il a posé ses mains sur l’arrière de ma tête et m’a tenu dans ses bras. Je l’ai sucé et léché.
« Oui, Michael. Oui, tu aimes ma bite, n’est-ce pas ? Tu aimes sucer des bites. »
Avec sa bite au fond de ma bouche, je ne pouvais que hocher la tête. « Mmmm Hmmm » était tout ce que j’ai pu faire. Je ne voulais pas enlever sa bite de ma bouche.
« Tu pourrais me faire jouir, Michael. Tu veux que je jouisse dans ta bouche ? »
Hier, je me suis masturbé en pensant à ce jeune homme qui m’a mis son sperme dans la bouche. Et, pour ajouter à ma fantaisie, j’avais goûté mon propre sperme pour la première fois. Pendant que je pensais à Luke.
J’ai pensé à son joli derrière, j’ai pensé à le sucer.
L’avoir dans ma bouche pour de vrai était un fantasme devenu réalité. J’ai serré son cul plus fort et j’ai sucé plus fort. Je me suis cogné la tête sur sa bite. Je l’ai sucé jusqu’à ce que je sente ses fesses serrer.
« Je vais jouir dans ta bouche, Michael »
« Mmmmmmmmm » j’ai tenu bon. Mes lèvres sont serrées autour de la base de sa bite. Je lui botte le cul avec mes doigts.
« Maintenant, Michael ! »
Son sperme a jailli de sa bite. Je me suis ouvert et un peu de sperme s’est échappé, a coulé le long de mon menton, mais j’en ai gardé la plupart dans ma bouche. Il a retiré sa bite et j’ai fermé les lèvres.
Puis j’ai été capable de faire tourbillonner son sperme dans ma bouche et j’ai pu le goûter correctement. Et puis j’ai avalé. C’était génial. C’était plus bon que le mien. Ou peut-être que je commençais à aimer le goût plus.
Avant hier, je n’avais jamais goûté du tout au sperme, et maintenant j’étais capable de faire des comparaisons !
Je suis resté à genoux un moment, savourant le goût persistant dans ma bouche.

Il s’est penché et m’a saisi la main. Il m’a levé sur mes pieds. Je me tenais devant son corps nu. Sa bite scintillante commençait à perdre de sa dureté. En regardant en bas, j’ai réalisé combien Luke était petit. Je me tiens à 6′ et il devait avoir un pied de moins que moi. Mais il était parfaitement formé !
Ses doigts ont trouvé le bouton de mon short et la fermeture éclair et il les a rapidement abaissés. Ses mains se sont glissées sous mon t-shirt et il a passé ses mains sur mes pectoraux, puis ses doigts ont joué avec mes mamelons. C’était une si belle sensation. J’ai arraché la chemise et on s’est mis face à face. Deux hommes nus. Mon dur à cuire l’a piqué.
« C’était si gentil. Tu m’as donné un sperme fantastique, Michael »
J’étais content et je le lui ai dit.
« Ça t’a plu ? Tu as aimé me sucer ? T’as aimé avoir une bite dans la bouche ? « Aimais-tu qu’un garçon éjacule dans ta bouche ? »
« Oui, oui, oui, oui et oui »
« Tu m’as fait me sentir spécial, Michael. » Je lui ai souri. « Peut-on s’embrasser maintenant ? » demanda-t-il.
Il s’est tendu vers moi et je me suis penché vers le bas. J’ai posé mes lèvres sur les siennes. Elles étaient aussi douces et lisses que le reste de sa peau. C’était comme embrasser une fille. Il a ouvert sa bouche, m’invitant à y mettre ma langue.
Mes mains ont parcouru tout son corps serré et lisse pendant que nous continuions pendant plusieurs minutes.
Puis j’ai mis mes bras sous les joues de son cul pendant que nous nous embrassions et soulevions son corps mince. Il est monté sur moi. Ses jambes s’enroulaient autour de ma taille. Mon pénis en érection frottait contre la fissure de son cul.
Luke s’est échappé, toujours dans mes bras, encore soulevé du sol et regardé dans mes yeux.
« Tu veux me baiser, Michael ? »
Oh mon dieu. Est-ce que je veux baiser ce garçon sexy ?
« Il n’y a rien au monde que je veuille faire plus, Luke »
« Je veux que tu le fasses. Je veux sentir ta bite dans mon cul. »
« Je veux te baiser Luke. Ton cul est si sexy. »
Il a déballé ses jambes et a glissé jusqu’au sol. Il est allé à son sac de plage et a pris une bouteille. Il s’est tourné vers moi et m’a fait un clin d’œil.

« J’aime être prêt quand je rencontre des hommes plus âgés et excités. »
Il m’a mis un peu de lubrifiant sur la bite et l’a frotté de haut en bas.
« Oh Michael… regarde comme tu es grand et dur ! » J’ai failli tirer sur mon sperme juste à cause de son toucher. Mais il a fini de me couvrir de lubrifiant juste à temps.
Alors j’aurais peut-être encore du sperme rien qu’en voyant Luke se pencher et se pousser des doigts glissants dans le corps.
Il a regardé ma réaction par-dessus son épaule.
« Tu aimes ça ? » demanda-t-il. Je n’avais pas de voix pour répondre. Mais il connaissait la réponse et a pris son temps, les doigts entrant et sortant de son cul pendant que je regardais le spectacle qu’il me donnait.
Puis Luke est allé dans la salle de bains et est sorti avec une serviette. Tira les couvertures sur le lit de sorte qu’il n’y avait que le drap de dessous, étendit la serviette et, enfin, s’allongea sur le ventre.
Son derrière mince, lisse et sexy s’est soulevé du lit.
« Baise-moi Michael. Tu veux mon cul. Je veux ta bite. »
J’ai été sur lui en un instant. Le cul sexy sous moi a été rapidement empalé par ma bite dure. Il était prêt pour moi et je lui ai glissé toute ma longueur d’un seul coup.
Son cul m’a serré la bite doucement et fermement en même temps. C’était la sensation la plus étonnante.
« Oh Luke, petit garçon sexy » je lui ai murmuré à l’oreille. Il commence à baiser dans et hors de son joli petit cul serré.
Un cul rebondissant, rebondissant. Lisse, doux, réceptif.
Il s’est levé pour me rencontrer alors que je lui enfonçais ma bite encore et encore.
« Tu aimes me baiser, Michael », il a dit.
« Oui, Luke. J’aime bien te baiser » J’ai mis mon nez sur sa nuque alors que ma bite s’enfonçait de plus en plus profondément dans ses fesses.
« Cul de garçon, Michael. Maintenant tu sais ce que tu aimes »
« Maintenant je sais »
« Embrasse-moi Michael »
Il s’est tordu sous moi et je me suis abaissé pour atteindre ses lèvres. Je pousse mes hanches encore et encore, je pousse ma langue dans sa bouche, je pousse ma bite dans son cul.
Il voulait plus d’intimité et s’est déplacé de sorte qu’il était sur le dos et que j’étais entre ses jambes. Ses bras sont montés autour de mon cou et ses chevilles sur mes épaules. Ma bite s’enfonça encore plus profondément dans son corps mince et agile.
J’ai saisi les joues douces de son cul comme je l’ai baisé et, avec ses bras encore accrochés à moi, je me suis levé. J’étais debout, avec cet homme-garçon empalé sur ma bite. Ses chevilles sur mes épaules et mes mains soutenant son cul.
Je suis sorti sur le balcon.
Le soleil a réchauffé nos corps nus pendant que je baisais le cul de Luke.
Je l’ai allongé sur la chaise longue et je l’ai baisé là-bas.
Je l’ai appuyé contre la balustrade du balcon et je l’ai baisé par derrière en regardant l’océan.
Je l’ai penché sur la table. Je l’ai encore baisé.
Puis je l’ai pris dans mes bras et il est remonté sur moi.
Encore une fois, je le tenais en l’air par les joues de son cul et je l’ai descendu sur ma queue en érection.
Son cul a glissé sur ma viande et je l’ai descendu aussi loin qu’il a pu le prendre.
Il s’est accroché à moi. C’était spectaculaire.
Ses lèvres étaient verrouillées sur les miennes et je soulevais tout son corps de haut en bas sur ma bite.
Bientôt, trop tôt – je voulais baiser son cul toute la journée, sentir son cul envelopper ma bite – je savais que j’étais à deux doigts de jouir.
Avec ma bite encore en lui, j’ai ramené Luke du balcon dans la chambre et je l’ai couché sur le lit.
Il s’est retourné sur le ventre et a levé son cul pour moi….
J’ai grimpé derrière lui et j’ai commencé à le baiser à la manière d’un chien, mais bientôt nous étions plus plats sur le lit et mon poids était soutenu sur mes avant-bras de chaque côté de lui. J’aimais sentir sa peau nue contre la mienne. Je me suis encore abaissé et il a pris mon poids alors que je lui enfonçais ma bite dans le cul à maintes reprises et à chaque fois.
L’extase s’accumulait. Ce garçon, ce femboi, cette tentation, ce cul incroyablement sexy dans lequel ma bite était enterrée…….. m’amenait à mon sommet.
« Je vais jouir, Luke »
« Mmm oui. Cum up my bum up my bum. Tu sais que tu en as envie. Tu vas avoir un orgasme en baisant un garçon dans le cul, Michael. Méchant homme. Vous vous sentez bien ? Est-ce que mon cul se sent bien sur ta bite ? »
« Putain, excellent ! » et je suis venu.
Comme jamais auparavant dans ma vie.
Plus que cette première branlette ombragée derrière les hangars à vélos.
Plus que ce premier blowie de la fille dont j’ai oublié le nom, mais dont je n’oublierai jamais la bouche……
Plus que ma toute première baise.
C’était plus que ça. C’était irréel. Mon sperme remplissait son petit trou du cul et à chaque poussée de ma bite giclée, il en sortait des fuites sur la serviette qu’il avait posée.
J’ai baisé dedans et dedans et dedans et dedans lui. J’éjaculais et j’éjaculais et j’éjaculais jusqu’à ce que je sois vide. Jusqu’à ce que je sente que tous mes fluides corporels étaient dans le cul de ce gamin sexy.
J’étais épuisé. Je me suis effondrée sur lui pendant un moment, puis nous avons roulé comme un seul homme sur le côté. Ma bite est restée dans son cul.
« Oh Luke, tu as été incroyable » je lui ai soufflé dans l’oreille.
« Tu l’étais aussi, Michael »
Il s’est éloigné et ma bite s’est échappée. Il s’est levé et est allé aux toilettes. J’ai entendu la douche.

Je me suis couché là, retenant mon souffle, puis j’ai dû m’évanouir dans l’air chaud qui entrait par la porte du balcon.
Le bruit de la porte de la chambre qui se refermait m’a réveillé. Luke était parti.
Mais les souvenirs qu’il m’avait laissés me soutiendraient pendant des années.